lundi, décembre 14, 2015

Posted by Frédéric Raoul On lundi, décembre 14, 2015



Hello!
Hi !

Aujourd'hui un peu de philosophie.
Today, a little bit of philosophy stuff !

Nous savons tous qu’il y a deux familles dans notre hobby de la figurine. L'historique et le Fantastique.
Sans faire une généralité, beaucoup de peintres historiques viennent de la tradition du soldat de plomb et de la peinture à l'huile. Beaucoup de peintres fantastique viennent du jeu, élevés au Games Workshop et à l'acrylique.
Everyone knows that exists 2 hobby families : Historical and Fantasy.
I don’t want to simplify, but at the origin, historical painters come from the “soldat de plomb” tradition. Most of fantasy painters are born with Games Workshop        and acrylic paint.

La séparation des deux univers parait trivial et peut se synthétiser par:
"L'historique c'est représenter tout ce qui a existé, le fantastique c'est le domaine de l'imaginaire."


So, the difference seems easy and can be resumed as :
"Historical, it is to show everything that existed, fantasy is the imagination kingdom."

Nous sommes donc bien d’accord qu'à partir de là il est logique de mettre le plus de soin au choix précis des couleurs et de leur justesse. C'est l'uniformologie.
It seems quite logical, in an historical way, to be very precise in the color choices. That is the uniform respect.

Cependant que faire de certaines pièces limites? J'entendais il y a quelques jours un figuriniste très connu dire qu’il faut toujours présenter le plausible. Avec cette logique, il ne faut pas représenter un hussard trop petit ou un légionnaire trop gros. L'uniformologie incitera également a prendre les couleurs d’uniformes neufs. Mais alors que faire d’un vieux grenadier alcoolisé en 1830? Devra-t-il rester svelte et passer à la blanchisserie tous les jours ?
Nevertheless, what can we do with borderline miniatures ? Some days ago I heard a very well-known paintersaying that we must represent what is possible. A hussar cannot be too little, a legion guy too fat. The uniform respect leads to choose fresh uniforms. Where is the place of a drunken old guard in 1830? Should he stand lean and wash is uniform every day?

Que faire également d’une représentation de Bonaparte tirée d'un tableau de l'époque? L'homme y est probablement idéalisé. Ne serait donc nous pas dans le domaine de l'imaginaire... du fantastique?

Other exemple : When you make a figure from an historical painting, is it historical. The man as been magnified to by the Emperor. It is perfection, not reality. Well… Imaginaton? Fantasy!
"Pimp my History: au prochain épisode Napo ajoute un subwoofer à son cheval et se fera tatouer le visage de Patrick Fiori sur le pectoral droit."
"Pimp my History: on this episode Napo adds a subwoofer on his horse and tatooes Patrick Fiori on his shoulder. Stay tuned."


A l'inverse, certaines figurines fantastiques manquent parfois d'un élan magique et se cantonnent à suivre, là où le domaine devrait nous emmener vers toujours plus d'innovation. Mais il est presque impossible d’inventer sans s’inspirer.
On the other side, some fantasy painters have some lack of « magical touch «  and keep following. But we are waiting for new ideas and innovation! Very hard to invent without looking on reality.

Nous arrivons donc à deux nouvelles définitions, liées à l'Idéal:
"L'historique c'est l'idéal du vrai, le fantastique c'est l'idéal de l'imagination."


We have now two new definitions, lead by the purchase of the Perfection :
"Historical is the dream of trooth. Fantasy is dreaming of a dream."

Entre les deux, certains peintres comme Jean-Bernard André ou Olivier Raoul proposent des dioramas aux confins des deux univers, ou aviateurs poétiques croisent des paysans caricaturisés. 

Between both, some painters as Jean-Bernard André or Olivier Raoul have a proposal: Some dioramas on the thin border this concept, where lone pilots are in love with their plane.
"J'me sens seuuuuuuuuuul."
« So alooooooone »

Ce n'est pas du fantastique, mais çà n’a pas l’odeur académique de l'historique... peut -être découvrons nous qu'une figurine fanta s'inspire toujours de la réalité et n'est jamais complètement inventée. Une historique ne sera jamais totalement juste, à moins d'un reportage d’actualité en figurine.
Est-ce que notre communauté serait prête à accepter le mariage et admettre qu’il n'y a qu'une seule catégorie?
La figurine tout simplement?
That is nor fantasy nor historical… Fantasy always needs reality base, historical miniature cannot be a live report.
Is our little community ready to celebrate the wedding and admit that there is only one category?
Only miniature, easy?

A vos réflexions! N'hésitez pas à commenter pour faire avancer le débat!
Don’t hesitate to comment and continue the discussion !

Frédéric.


Réactions :

5 commentaires :

  1. Je pense que la barrière devient de plus en plus floue. Maintenant on voit des personnes qui approche le fantastique comme on approchait l'historique, c'est particulièrement frappant chez les fans de la période Hérésie de warhammer 40k (30k donc pour le coup) avec des types qui passent leur temps à compulser les sources pour être sûr que les marquages et couleurs sont bien adéquates et fidèles à un "canon" qui a pourtant bien bien souffert et évolué au cours des années...
    A l'inverse l'uchronie est une forme de dérive de l'historique qui n'est pas récente. Je suis d'accord sur la conclusion qu'au final c'ets un même amour des petits bonhommes, on peut diviser et subdiviser à l'infini mais au final c'est bien passer du temps à peindre et ensuite partager autour d'un verre ou d'une table de jeu (voir les 2 ensemble) qui compte...

    RépondreSupprimer
  2. Bonne remarque, je n'avais pas ces deux exemples en tête!

    RépondreSupprimer
  3. Si je peux donner mon avis, je pense que tu ne pars pas avec le bon postulat de départ.
    Si je résume, tu différencies histo/fanta sur une question de représentativité. Montrer le réel ou représenter l’imaginaire.
    Je pense de mon coté que la différence ce fait sur l'interprétation.
    Alors effectivement beaucoup de figurinistes historiques, peignent leurs pièces s'en intention scénaristique, Les éditeurs suivent cette demande et sortent des figs planté sur leur deux pieds, s'en réel dynamisme (Métal model pour ne pas le nommer par exemple).
    Donc le but de ces peintres est comme tu l'as noté de respecter l'uniformologie et de représenter le réel, mais comme des peintres fanta notamment joueurs qui respectent à la nuance près un codex, alors oui il ne s'agit pas du monde réel, mais n'est ce pas néanmoins un monde réel ? Autour des univers de jeux, les éditeurs crée « une réalité » (codex, livre...etc), que beaucoup s'empressent de respecter à la lettre.
    Les peintres fanta, ont plus tendance à mettre une pièce en situation, créer une histoire autour, la convertir pour qu'elle s’adapte à l'histoire qu'ils ont en tête. Mais comme beaucoup des peintre historiques. Dans ce cas pour reprendre ton exemple, on peut peindre un vieux grenadier alcoolisé en 1830.
    Pour finir je pense que même si dans les deux cas on fait de la figurine, ils sont diamétralement opposé. C'est comme si on voulais comparé un restaurateur de voiture et un gars qui fait du tuning.
    Je sais mon exemple est tout pourris.
    Je me place dans la catégorie des « interprètes », sur un forum j'ai eu un échange super intéressant sur le besoin de mettre un titre sur une fig. De mon coté je n'en met jamais, je considère que mettre un titre c'est une béquille pour expliquer l'histoire que l'on a voulu raconté. Si notre pièce est réussi il n'y a pas besoin de titre. J'ai eu une réponse d'un peintre qui voyais dans le titre un moyen pédagogique de différencier un Napoléonien du 14ème régiment du 3 ème rang, d'un du 15éme du 5 éme rang. C'est là que j'ai compris que même si nous comprenions l'un l'autre nos raisons respectives, on ne faisait pas le même hobby.

    Désolé j'ai été un peu long, j'ai tendance à être bavard

    A peluche
    Djey

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Djey,
      Pas de souci, le but était justement d'engager la discussion ;) D'aileurs si on a bcp d'échanges intéressants, je ferai une v2 du texte. Si je comprend bien, toi tu notes plutôt que les 2 hobbys sont différents, et non 2 spécialités de la même activité? Donc par définition impossible de les fusionner?

      Supprimer
  4. Pour moi oui, les deux hobby sont différents, mais pas au niveau Histo/Fanta. Comme je le disais (longuement), c'est ce qui motive a peindre qui fait la différence, l'interprétation ou le respect d'un réel. Un Histo ne peindra pas un Napoléonien violet, mais comme un pur joueur de 40K ne prendra pas un space Wolf et rose.

    m'enfin il me semble.


    RépondreSupprimer